L'Art en Analyse : Definitions

Définition de l\'Art

Qu\'est-ce que l\'Art ?

La question à déjà été maintes fois formulée, et les définitions sont réellement multiples.

En voici une proposée par un artiste plasticien :


«  l\'Art, c\'est ce que tout le monde pourrait faire,
mais que tout le monde ne fait pas. »

GIL, Sculpteur, artiste plasticien.

 

Voici la définition que l\'on trouve dans les dictionnaires...

« L\'art est la création-invention,au niveau du mécanisme de la pensée et de l\'imagination, d\'une idée originale à contenu esthétique traduisible en effets perceptibles par nos sens. Le déroulement et l\'ordonnance de ces effets sont élaborés par un programme dans le temps ou dans l’espace, ou dans les deux à la fois, dont les composants et les rapports de proportion sont optimaux, inédits et esthétiques. Ces effets sont transmis grâce à l’emploi de signaux visuels, auditifs ou audiovisuels, à tous ceux qui, accidentellement ou volontairement, deviennent des spectateurs-auditeurs temporaires ou permanents de ces effets.

Il en résulte un processus de fascination provoquant une modification plus ou moins profonde de leur champ psychologique selon le degré de la valeur esthétique de la création.

Cette modification doit aller dans le sens de la transcendance, de la sublimation et de l’enrichissement spirituel par le truchement du jeu complexe de la sensibilité et de l’intellect humains.

Grâce à la faculté de dépassement du créateur, les produits esthétiques à forte percussion pénètrent à travers les réseaux de communication multiples,dans la réalité sociale.

Pour atteindre ce but, le créateur doit utiliser un langage et des techniques qui correspondent au véritable niveau de développement de son époque. »

Wikipédia

Toujours chez Wikipédia, voici la définition de l\'Oeuvre d\'Art :

« L\'œuvre d\'art est le résultat d\'une activité humaine productrice, d\'une création de l\'artiste qui n\'est jamais une simple reproduction mais représentation dans l\'élément de la permanence qui manifeste un point de vue, un style ou une manière: le regard de l\'artiste devient l\'essentiel: dans l\'œuvre d\'art le moi de l\'artiste se reconnaît comme déployé dans l\'extériorité »

 

Depuis l\'antiquité la philosophie s\'interroge sur la nature de l\'art. Platon ou Aristote s\'interrogent sur l\'art en tant que « beau ». L\'esthétique antique diffère ensuite de l\'esthétique Grec qui le définit par le mot « technè », qui est l\'équivalent le plus proche du mot « art » français. Il s\'agit dans la Grèce antique de l\'ensemble des activités soumises a certaines règles. Il englobe à la fois les savoirs, les arts, et les métiers.

Dans la civilisation romaine, l\'art devient « le système des enseignements universels, vrais, utiles, partagés par tous, tendant vers une seule et même fin. »

Cette définition du mot à été acceptée jusqu\'à la fin du Moyen Âge. Ici l\'art s\'oppose a la fois à la science conçue comme pure connaissance, indépendante des applications, et à la nature qui produit sans réfléchir.

Dans l\'art, il y a donc ici l\'idée de production à laquelle s\'ajoute l\'effort requis pour cette activité.

 

C\'est à la Renaissance que l\'on commence à distinguer l\'artiste de l\'artisan, en désignant d\'artiste un artisan dont la qualité de production est exceptionnelle. Puis, les artistes commenceront à s\'émanciper des corporations pour intégrer les académies et répondre aux commandes. C\'est alors que le mot « art » commence à se dégager. Non seulement de nombreuses « techniques » s\'en emparent, mais après la découverte de la perspective, l\'aspect visuel y prendra une croissance constante.

 

La notion d\'art aujourd\'hui communément admise date du siècle des Lumières. Partant d\'une réflexion sur les sens et le goût, une conception basée sur l\'idée de beauté finit par s\'établir.

 

Aujourd\'hui, dans le domaine de l\'Art, tous les gens sont libres d\'exprimer de façon créative leurs passions les plus intimes et leurs intuitions, d\'une manière qui se remplit, inspire les autres, et ne fait aucun mal.

Les arts populaires sont sous-évalués, supprimés, ou réservés à une soi disant « élite » (salle des ventes et galeries financées par des banques) qui décide quel artiste sera pris pour modèle afin d\'en faire une évaluation financière « refuge ».

Ainsi certains courants artistiques prennent de la valeurs, mais l\'Art perd son âme. Ce qui nous isole finalement les uns des autres et de nous-mêmes au plus profond. Car l\'Art véritable a pour mission de permettre a l\'artiste d\'exprimer sa vision du monde et de la partager avec les autres. C\'est le peuple qui fait l\'artiste, selon qu\'il ressent si sa vision est juste, pertinente, et utile car bénéfique à l\'évolution des conscience, à la compréhension de l\'histoire et de la société, ou au développement du bien être.

Nous pouvons utiliser les arts pour exprimer nos réalités, promouvoir et refléter le changement social, défier le status quo, et connecter plus profondément les uns avec les autres. Car l\'art véritable n\'a pas de frontières et parle un langage universel.

L\'inspiration créatrice peut se partager avec le plus grand nombre de personnes à travers la musique, la poésie, les films et photos, les peintures, tout en développant la sensibilité de chacun, l\'artiste autant que celui qui apprécie l\'oeuvre !

L\'histoire montre que l\'art, sous toutes ses formes, a la capacité à créer de nouvelles connexions, de catalyser les mouvements, et de transcender les barrières qui nous divisent.

Le Larousse de 1986 donnait cette définition de l\'artiste :
 «  Personne qui se consacre à un art, se libère des contraintes bourgeoises. »

L\'art a la capacité de permettre de transcender l\'ego, l\'esprit rationnel et les réactions habituelles, tout en contactant directement les sentiments et l\'essence d\'un individu. En cela on peut dire qu\'il est thérapeutique.

Les arts peuvent être un agent de changement planétaire, et nous aider ainsi a créer un monde prospère. C\'est pourquoi je propose cette définition :

 

« L\'art est une forme d\'expression universelle, pouvant être non-verbale, mettant en jeu les réseaux de communication corporels, visuels, auditifs, et provocant chez la personne qui le pratique une modification de conscience, pouvant aller de l\'état de transe à l\'état méditatif.

L\'observateur peu ressentir une modification de conscience moindre que celle du créateur, mais qui provoque une sensation de compréhension d\'un message que souhaite faire passer l\'artiste.

Il y a donc circulation d\'énergie interne entre le corps et l\'esprit et échange externe entre les individus. Comme ceci perdure au-delà de l\'acte créatif, il est nécessaire d\'inclure l\'état de modification de conscience de l\'observateur dans un repère spatio-temporel et culturel, reliant son interprétation personnelle intégrée dans son vécu psycho-socio-affectif, et la signification de l\'oeuvre dans son contexte personnel et social d\'origine.
Par conséquent, la production d\'un objet réalisé lors d\'une activité créative et artistique est révélatrice des phénomènes intra-psychiques en oeuvre pendant les interactions d\'un être humain avec les choses de son environnement et/ou avec ses pairs, pour peu que l\'on veuille bien se donner la peine d\'en déchiffrer le sens, la signification, le langage, pour l\'artiste qui est à l\'origine de cette création. »

Ganaelle Stride


A l\'image d\'une forme de communication primaire entre l\'individu et lui-même, le fait même de réaliser une production plastique le place dans un mécanisme de communication avec les autres de façon différée.

En effet le créateur maitrise la temporalité de son expression, déterminant lui-même quand sa réalisation sera terminée et pourra être rendue visible au public.
Inversement, une oeuvre d\'art va induire chez le récepteur des mécanismes intra-psychiques dans une recherche d\'interprétation des signes nécessaires à sa compréhension. Cette compréhension et interprétation reste, à la base, propre à chaque individu. Mais elle peut être suffisamment claire et interprété de la même façon par un grand nombre d\'individus, et ainsi l\'oeuvre pourra être reprise par l\'un pour exprimer une idée qu\'il souhaite transmettre à un autre.

J\'ai testé moi-même cette forme d\'échange dans des communications de groupes de réseaux sociaux, intervenant dans la discussion en répondant au sujet par l\'intermédiaire d\'une vidéo. Le message était très souvent compris et donnait lieu à une ouverture de la discussion. D\'autres membres du groupe ont suivi cette forme de communication, pour faire passer leurs idées et états d\'âmes dans ce groupe particulièrement intime et amical.
L\'échange dans ce groupe se faisait par écrit, ce qui donnait parfois lieu à des malentendus et incompréhensions, et le recours à une petite vidéo remettait tout le monde dans la conversation. Le tout est de trouver le bon message, visuel avec une peinture ou un film, ou auditif avec une chanson à texte ou une musique d\'ambiance... L\'avantage de ce genre de communication différée est qu\'elle permet à chacun de respecter et de faire respecter son temps d\'appréciation, sa disponibilité et de pouvoir ouvrir une conversation, intervenir en cours de route, ou continuer une discussion commencée plusieurs jours auparavant... La communication se fait ainsi dans le respect de disponibilité temporelle et d\'ouverture d\'esprit de la personne, et lui permettant de maintenir un lien social à volonté et toujours à disposition, dans le respect de chacun.

Lorsque les signes sont interprétés de la même façon par un grand nombre d\'individu, ils deviennent « connus », et l\'artiste ainsi « reconnu » devient célèbre.
Portés par l\'élite sociale, ces signes sont rapidement diffusés et adoptés par la majorité pensante du monde de l\'art contemporain.
Lorsque une oeuvre d\'art a ainsi traversé les époques, elle donne lieu à une lecture identique pour tout un peuple. Celle-ci devient alors une icône.

Lorsque la majorité des peuples sont d\'accord pour donner une même signification à une icône, elle devient un symbole.

Lorsque ce symbole apparaît dans les rêves d\'un être humain, ou dans tout autre phénomène inconscient qui lui est propre, l\'on parle alors d\'archétype.

Ainsi il devient possible de tracer une piste sur la voix du mythe de chacun en utilisant l\'art en analyse par la production individuelle de principes généraux et universels, ainsi que par l\'observation de productions artistiques anciennes sous formes picturales, sonores ou audio-visuelles.

Le pouvoir de l\'artiste

« Un artiste est un individu faisant une œuvre, maîtrisant un savoir-faire, et dont on remarque la créativité, la poésie, l\'originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes. Ses œuvres sont source d\'émotions, de sentiments, de réflexion, de spiritualité ou de transcendance. »

Wikipédia

L\'artiste est celui qui a la possibilité de créer de nouveaux signes, permettant ainsi chaque société nouvelle de s\'inclure dans son histoire culturelle avec son propre langage symbolique.
Un artiste est une personne qui exprime, avec les techniques de son temps, un regard critique sur son monde contemporain. Il a le devoir de donner a voir ce qui est esthétiquement beau que de dénoncer ce qui ne va pas dans sa société.

Le peuple reconnaitra alors ou non le monde dans lequel il vit ou celui qui ressemblera le plus à ses aspirations.
L\'appropriation des courants artistiques par le pouvoir élitiste en place aura une influence sur le peuple, en lui donnant accès soit à une vision réaliste, soit à une vision utopiste de sa condition contemporaine.

Nous verrons dans l\'analyse des courant artistiques à travers les âges comment, dans les temps anciens, le pouvoir dominant en place ne reconnut pas la réalité quotidienne de son peuple, préférant utiliser les oeuvres d\'art pour exprimer sa propre grandeur à travers des décors somptueux et narcissiques.

L\'accès ultérieur à ces oeuvres par le grand public donna un effet de fascination vis-à-vis de ces oeuvres, dont chacun souhaita avoir accès, et deviendront ainsi des icônes de beauté, des sources d\'inspiration pour les artistes nouveaux, ou alors la mise en place de courants totalement opposés à ces canons esthétiques.

Nous constaterons qu\'aujourd\'hui, l\'élite dominante de notre monde artistique contemporain, ayant choisi de faire le choix du « tout mais rien de ce qui était avant », propulse le monde dans un courant générateur de sans cesse nouveau, privant le peuple de tout repère identitaire, ou plutôt l\'obligeant à ne pouvoir adhérer qu\'en partie à quelques courants artistiques, car devenus trop nombreux pour pouvoir les embrasser tous.

Cette dissociation est révélatrice du manque d\'origine, ou du moins de la méconnaissance de cette origine. Elle est également révélatrice de la difficulté de notre société actuelle, qui refuse de vivre au quotidien comme le faisaient les grands-parents, tout en souhaitant garder les mêmes acquis sur le plan matériel.

Ces 50 dernières années, nous avons constaté dans l\'art l\'utilisation des nouveaux matériaux industriels et outils technologiques, dans cette émergence du « nouveau à tout prix », où les galeristes demandaient aux artistes de donner à voir du jamais vu. Ces aspirations sont toujours d\'actualité aujourd\'hui, et mettent en avant cette société de productivité industrielle et de consommation à outrance.
Dans les milieux artistiques minoritaires, l\'on voit apparaître les originaux, les marginaux, qui vont à contre-courant, préférant être vrais plutôt que riches, recyclant des matériaux de base dans leurs créations artistiques, souvent boudés des galeristes et des magazines spécialisés.

 

Celui qui a le pouvoir de définir les modes et les codes esthétiques d\'une époque et d\'une société, détient l\'orientation politique, culturelle et historique de cette société.

Sur le plan individuel, celui qui adhère à un courant artistique y trouvera une source de repères culturels sur la base desquels il lui sera possible de construire sa propre réalité intellectuelle et appartenance sociale. 


Tous les articles